Le GECC

Le Groupe d’Etude des Cétacés du Cotentin (GECC) est une association loi 1901 qui a vu le jour en 1997. Son objectif consiste en l’étude et la préservation des mammifères marins en mer de la Manche.

Le GECC n’est pas une structure de Whale watching, c’est-à-dire qu’il n’emmène pas des particuliers, adultes et enfants, en mer pour aller voir les dauphins. Les sorties en mer du GECC poursuivent un objectif scientifique de récolte des données et se font avec une équipe réduite et spécialisée.

Ouverture et partage
Les données du GECC sont faites pour être partagées : elles sont publiques et consultables par tous sur demande. Les résultats obtenus sont diffusés dans différents rapports et articles téléchargeables depuis le site internet du GECC.

Collaboration et échange
Le GECC met en place des partenariats avec différents laboratoires de recherche (tels que l’Université de la Rochelle, le CEBC-CNRS, le CRESCO, l’ENSTA, l’Université de Liège, l’Université de Montpellier, etc.) pour faire avancer la connaissance sur les mammifères marins.

Opposition à la captivité des mammifères marins
Le GECC est fermement opposé à la captivité de tous les mammifères marins dans le monde comme en France, estimant que cette pratique est cruelle et qu’elle ne se justifie pas autrement que par des visées commerciales.

Pour en savoir plus sur les conditions de captivité des mammifères marins, le GECC vous recommande les films suivants : Blackfisch et The Cove 

Désaccord avec les activités de Whale Watching
Le GECC ne cautionne pas les activités de Whale Watching qui consistent à emmener des particuliers en mer pour « aller voir » les mammifères marins. Ces sorties, dont le but premier est de rencontrer les animaux, ont lieu de manière intensive l’été, lorsque la météo est plus clémente et les rassemblements de mammifères plus importants. Elles se pratiquent toujours aux mêmes endroits, là où les animaux ont le plus de chance d’être vus, et avec des bateaux surchargés, afin que le plus de monde possible puisse profiter du spectacle. Ce type de sortie occasionne un dérangement important pour les animaux. Il ne s’agit nullement d’un quelconque travail scientifique, destiné à faire avancer la connaissance sur ces populations de mammifères, mais bien d’une activité touristique à but lucratif.

Prudence face aux Énergies marines renouvelables (EMR)
Le GECC ne nourrit aucun a priori négatif concernant les Énergies marines renouvelables (EMR). Toutefois, s’il s’agit d’une énergie intéressante et peu polluante, le GECC se montre très inquiet et très critique quant au mode opératoire choisi pour mettre en place ce nouveau chantier énergétique. En 2013, le GECC a assisté à plusieurs débats publics sur la question et il a pu constater que les mammifères marins n’ont pas leur place dans les discussions relatives aux implantations de parcs éoliens en mer.

Ces projets, en raison de la manne financière qu’ils représentent, se font généralement dans l’urgence, sans concertation ni discussion quant à un éventuel protocole d’étude pour évaluer leur impact sur les mammifères marins.

Le GECC a le pénible sentiment qu’il est plus facile d’évincer les mammifères marins du débat des EMR, que d’assumer clairement le fait que de tels projets vont immanquablement occasionner des dérangements chez ces animaux, et qu’il convient de faire face à cette réalité pour trouver des solutions efficaces et pertinentes afin d’amoindrir ces effets néfastes.

Les missions du GECC regroupent de manière indissociable :

  • l’observation en mer,
  • l’analyse scientifique et l’interprétation des données récoltées sur le terrain
  • le partage et l’échange de connaissances

Depuis 2007, le GECC se spécialise dans l’étude des grands dauphins (Tursiops truncatus) du golfe normand-breton.

La zone d’étude du GECC correspond à une surface d’environ 7000 km2 entre la baie de Seine et la baie de Saint-Brieuc. Elle englobe une partie des îles anglo-normandes, à savoir Aurigny, Jersey, les archipels des Ecréhou et des Minquiers.

Cette zone de prospection pour le suivi des grands dauphins a été délimitée en fonction des observations régulières qui y sont faites : les grands dauphins sont le plus souvent observés dans le golfe normand-breton et très rarement autour de Guernesey et Serk, qui ne font donc pas partie de l’aire de travail du GECC.

Le golfe normand breton

Le golfe normand breton est situé dans la mer de la Manche, il s’étend de Bréhat à la pointe nord-ouest du Cotentin et englobe les îles anglo-normandes.

Carte de la zone d’étude prospectée par le GECC entre 2009 et 2013. Le cadre délimite le golfe normand-breton

Il est caractérisé par plusieurs particularités physiques, telles que la forte amplitude des marées, des courants intenses et une faible profondeur.

Il s’agit d’une région qui subit une pression anthropique importante sur son littoral, en raison de la pêche, de la conchyliculture, du trafic maritime et des projets énergétiques, tels que le barrage sur la Rance ou la centrale de Flamanville. De plus, plusieurs projets d’Énergie marine renouvelable (EMR) sont à l’étude dans cette zone, à savoir deux parcs éoliens en baie de Seine et en baie de Saint-Brieuc, et un projet de ferme hydrolienne dans le Raz Blanchard.

Cette forte pression justifie la volonté de protéger le patrimoine naturel remarquable du golfe normand-breton par l’établissement d’un parc marin dont les enjeux seraient à la fois le maintien et la restauration de certains habitats, et l’équilibre entre les activités humaines et la préservation de la biodiversité.

Pour toute ces raisons, le GECC effectue son suivi dans le golfe normand-breton pour évaluer le plus précisément possible les conséquences des actions humaines, et en particulier des chantiers énergétiques en cours, sur la population des grands dauphins de la zone.

Pour en savoir plus sur le golf normand-breton

Les mammifères marins vous fascinent et leur sort vous concerne? Alors, suivez et soutenez le GECC en vous inscrivant à notre Newsletter et en faisant un Don. Les petits ruisseaux font les grandes rivières : toute contribution, aussi mince soit-elle, nous aide à poursuivre nos missions. Merci d’avance.

Si vous souhaitez participer activement à la cause des mammifères marins et plus largement à la biodiversité marine, devenez un observateur aguerri et participez au programme OBSenMER mis en place par le GECC.

Si la cause vous passionne, n’hésitez pas à soutenir les associations amies du GECC qui militent activement  pour la préservation des Océans :

Le GECC est une petite structure qui ne propose que rarement des offres d’emploi ou des stages. Toutefois, lorsque cela arrive, nous postons systématiquement nos annonces sur les liste de diffusion Ecodiff et Réseau TEE. N’hésitez pas à consulter ces listes pour rejoindre notre équipe!